Un projet pour compenser une lacune

En Afrique, le rôle des femmes dans l'agriculture est généralement méconnu et peu reconnu, même dans les zones cotonnières qui ont fait l'objet de maints projets et écrits. Les rares travaux ont porté sur les productions de vente, comme le coton, et ont indiqué que le temps de travail dans les champs de coton s’est ajouté aux tâches ménagères qui ont réduit la culture de leurs propres parcelles. 
La nécessité de mieux connaître le rôle des femmes est devenue encore plus grande en raison de la mutation de la société rurale africaine.

Un projet financé par le CORAF/WECARD

Le projet exécuté a été sélectionné à la suite d'un appel à propositions du Programme des cultures non-vivrières du CORAF/WECARD , Il est financé à hauteur de 400 000 US$, en faisant intervenir trois institutions africaines et avec l'appui du CIRAD .

Femmes des zones cotonnières rurales : les oubliées des opérations de développement

Même dans les opérations d'animation féminine des années 1980, menées avec le soutien de la coopération internationale, le rôle des femmes dans la production cotonnière n'était pas reconnu.

Ce biais a parfois été corrigé dans l'appui aux femmes apporté par les ONG internationales, mais les actions ont été d'envergure faible et souvent adossées à une production biologique ou équitable, et sans chercher à comprendre le rôle des femmes.

Un rôle accru des femmes dans la mutation de la société rurale ?

Cette mutation peut en effet induire un changement dans la perception de la production cotonnière, mais aussi une évolution du rôle des femmes dans l'agriculture et de leurs conditions de vie. La diversité du rôle des femmes dans la production cotonnière reste à cerner. Ce rôle n'est pas non plus quantifié. 

Les actions mises en oeuvres

  • développer une méthodologie pour mesurer la contribution du travail des femmes
  • identifier les actions pertinentes pour améliorer la maîtrise technique des femmes, en recourant à des supports adaptés, notamment des bandes dessinées
  • caractériser et exploiter la diversité génétiques des cultures impliquant les femmes : sésame, soja mais aussi coton
  • conduire une opération pilote fondée sur les NTIC pour assister la commercialisation par les femmes

Cookies de suivi acceptés